Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le Chemin de Saint Guilhem

, 22:56pm

Il y a le Chemin de Stevenson, le Chemin de Saint Jacques de Compostelle, maintenant, il faut ajouter le Chemin de Saint Guilhem.




La fin du XX ème siècle a vu l’essor  d’itinéraires de randonnée au long cours. Après la naissance des « GR », tout un réseau de  « chemins à thème » est né, connaissant un succès croissant. L’association des « amis du Chemin de saint Guilhem » s’est donné pour but de remettre en honneur ce vieil itinéraire, afin de rouvrir le flux des marcheurs tout au long de ses 220 kilomètres. A l’heure ou des milliers de personnes empruntent le « Compostelle » ou le « Stevenson », notre chemin possède des atouts incomparables pour attirer les randonneurs.

 

Association des Amis du Chemin de Saint-Guilhem

 

Comité local  « Causses - Gorges »

Office du Tourisme – tour de l’Horloge

48150 MEYRUEIS

 

 

       Le « chemin de Saint-Guilhem » est une très ancienne voie de communication reliant le Massif Central à la plaine Languedocienne.

      Quittant les hautes terres de l’Aubrac, ce chemin traverse la région des Causses après avoir franchi le Lot à la Canourgue. Passant par Laval du Tarn et Champerboux, la voie atteint Sainte Enimie où elle passe le Tarn avant d’entamer la rude montée vers le causse Méjean .

      Ce plateau est traversé en parcourant le « Camin Ferrat » par le Buffre, Hures, Drigas, le « cros » de Costeguison et le col de la Croisette. Arrivant à Meyrueis par la « costo roumivo », le chemin escalade la massif de l’Aigoual par la forêt de Roquedols et la draille des Commandeurs.

      Il rallie ensuite le col de la Serreyrède en passant par l’abbaye de ND de Bonheur, avant de dévaler vers Le Vigan par Montals et la côte d’Aulas. Après avoir franchi l’Arre, l’itinéraire grimpe sur le Causse de Blandas, par Montdardier.

     De Blandas, le chemin plonge dans le Cirque de Navacelles pour remonter sur le Larzac à Saint Maurice, puis traverse la chaîne de la Serrane.

    L’arrivée à St Guilhem le Désert se fait par le chemin des Fenestrelles et l’ermitage de ND de Belle Grâce.

 

      Historiquement, cette voie correspond en partie à une très ancienne draille de transhumance, mais aussi à une antique voie de commerce reliant la Méditerranée au Massif Central. Fondée en 804 par Guillaume, duc d’Aquitaine et comte de Toulouse et cousin germain de Charlemagne, l’abbaye de Gellone connut un essor considérable dans le courant du X ème siècle.

     Le tombeau de son fondateur, mort en 812 sous l’habit bénédictin, ainsi qu’une insigne relique, un fragment de la « vraie croix » offerte par l’empereur à son parent, drainaient des cohortes de pèlerins. Placée sur l’un des chemins de St Jacques de Compostelle

Gellone devint très vite un des lieux majeurs de pèlerinage du sud de la France. Manants et têtes couronnées s’y pressent tout au long du Moyen Age.

     Le déclin s’amorce vers 1450, puis les Guerres de Religion voient le saccage des bâtiments. Bien qu’amoindri, le flux des pèlerins ne cesse pourtant pas complètement jusqu'à ce que la Révolution Française ne porte un coup fatal au monastère. Au XIX ème siècle, le tombeau de St Guilhem et surtout la « Ste Croix », fêtée le 14 septembre attirent encore les catholiques de toute la région.

  Sauvé de la ruine totale puis peu à peu restauré et remis en valeur, rendu à la vie monastique par une communauté de carmélites, le couvent de Gellone demeure un des monuments majeurs du patrimoine roman languedocien.

 

Guillem

 

vue-du-causse-011