Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Relevage de menhirs

, 22:56pm

 

 Relevage de menhirs sur le causse Méjean














Menhirs du Ségala

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 24 septembre 2009, trois menhirs faisant partie d’un ensemble de neuf mégalithes ont été relevés à proximité du col de Perjuret au lieu dit le Ségala à l’initiative du Parc national des Cévennes et de la Direction régionale des affaires culturelles Languedoc Roussillon, service régional de l’archéologie.

 

Excepté un menhir tous les autres gisent ou gisaient couchés au milieu des labours, connus depuis longtemps des agriculteurs locaux.

 

Le relevage a été réalisé par l’entreprise Millau Transport Manutention, aidée par M. Bousquet du Veygalier, et avec autorisation du propriétaire, M. Guy Gely et de M.Hervé Agrinier, actuel fermier.

 

Parmi les trois menhirs, un petit mégalithes est en grès, et trônait à l’origine au point haut du Ségala, vers la côte 1098, au lieu-dit « la Brousse », mais avait été déplacé il y a quelques dizaines. Il s’agit d’un petit menhir en grès, le seul connu dans ce matériau sur le Méjean, ce qui implique un transport assez conséquent par les hommes préhistoriques.

Actuellement, le menhir mesure 1,46 m de long pour une largeur extrême de 0,59 m et son épaisseur est de 0,32 m.

 

 

 

Le plus grand des trois menhirs est en dolomie, matériau visible à quelques centaines de mètres au nord où il est aujourd’hui relevé.

Ses dimensions sont imposantes et le classe parmi les plus grands et les plus beaux menhirs du causse Méjean. Il frôle de quelques centimètres les quatre mètres (exactement 3,96 m). Sa largeur à la base est de 1,30 m, restreinte à 1 m dans sa partie haute. Son épaisseur moyenne est de 0,45 m. Il frôle donc les 7 tonnes. Il fut déplacé par un bulldozer en 1963 ou 1964 et posé dans une dépression. Le grand menhir a donc été déplacé d’une petite trentaine de mètres vers l’ouest.


 

Le troisième menhir est lui aussi en dolomie. Ses dimensions sont : 2,82 m de long, sa largeur varie de 1,32 m à 1,52 m. Son épaisseur n’est que de 0,23 m. Il était couché et enfoui dans un champ de luzerne à une trentaine de mètres de la route.

 

 

 

 

 


 

D’autres menhirs sont connus dans le voisinage immédiat et ce secteur du causse recèle encore des menhirs enfouis.

 

Si le dernier inventaire publié en 1977 faisait état de 74 mégalithes sur le causse Méjean, ce nombre est porté actuellement à plus de 110 et d’autres découvertes sont à venir.

 

Les menhirs du Méjean font l’objet de recherches menées par Jean-Yves Boutin, DRAC/SRA, en collaboration avec un chercheur associé au CNRS, Hélène Vergély et une étudiante en préhistoire, Caroline Carpent.

 

Ces travaux engagés en 2009, devraient se poursuivre dans les années à venir et permettre de nous aider à mieux comprendre ces installations.

 

Quoi qu’il en soit, le travail effectué par ces populations préhistoriques du Néolithique final-Chalcolithique, soit entre 3800 et 2200 avant J.-C., reflète à l’évidence une organisation communautaire dans des buts bien établis.

 

Souhaitons pour terminer que ces mégalithes, témoins de pierres dressées par nos premiers habitants caussenards, puissent à nouveau retrouver leurs situation initiale.

 

Les détruire équivaudrait à effacer de notre mémoire nos origines même et à priver le lecteur des premières pages du livre exceptionnel qu’est l’histoire du causse Méjean. 

 

 

 

Contacts :

 

DRAC : Jean Yves Boutin - Service régional de l’archéologie - 04.66.32.91.34  

 

PNC : Richard Scherrer - 04.66.49.53.17